La course à obstacles des soirs de semaine!

Par : Marie-Anik Shoiry

16h13. Lundi soir.

Ma journée au travail achève. (Mon premier shift).

Je n’ai pas vu le temps passer et le 15 minutes que j’ai pris pour diner a été consacré à gérer les inscriptions des enfants aux camps d’été. (On est en avril, ce qui signifie que je suis VRAIMENT à la dernière minute).

16h51. Je pars du bureau.

Y’a pas trop de trafic. Pis ma playlist est trop bonne. (*Petit moment de bonheur)

J’arrive à l’école.

Je vois les enfants (*Petit moment de bonheur)

 « Allo mes amours!! »

«Ben là, t’arrives ben trop tôt, j’ai pas fini mon dessin! » me dit ma fille de 9 ans. (Yay! Quel accueil chaleureux).

Je demande aux enfants de ramasser leurs choses et de s’habiller pour partir. (Aucune réaction).

Ma plus jeune de 6 ans me regarde, avec son plus beau sourire pas de dent : « Maman d’amour, encore 2 minutes pour finir mon jeu! » (Je ramollis. En fait, je fonds).

« Bon, ok, 2 minutes… ».

Au bout de 5 minutes, je répète à mes enfants de ramasser leurs affaires, de s’habiller pis de s’en venir. (Ils font tout sauf se préparer).

La, j’me fâche. (Pis je fais quelques menaces).

Enfin, ils se décident à bouger. (En prenant vraiment leur temps… Eux, ils l’ont compris la notion de « savourer le moment présent »).

Mon fils ne trouve plus ses mitaines. (Ça fait juste 4 paires depuis janvier).

« Va voir dans les objets perdus! »

 Aucune trace des mitaines aux objets perdus MAIS il retrouve son chandail à capuchon perdu depuis le début de l’année. (Misons sur le positif).

Au bout de 20 minutes, on finit par sortir de l’école. (Suis-je dans un rêve?).

J’arrive à l’auto.

J’ai pogné un ticket. (!!!!&$//!!%%! que j’me dis dans ma tête).

Maudite zone de stationnement de 10 minutes!

Arrivés à la maison, les enfants « garochent » leur stock partout par terre dans l’entrée. (Je songe à « m’effouarer » dedans. Me semble qu’un power nap de 5 minutes couchée dans du mou, ça me ferait du bien).

Il se « pitchent » en troupeau dans le frigidaire. (J’ai un peu peur).

Je leur prépare des morceaux de concombres (Mes meilleurs amis).

Je pars le souper. (Du spaghetti).

Mon chum n’est pas là. (Voyage d’affaires).

Je vérifie les agendas. (Tout est mêlé).

Mon fils saute sur le divan.

« Charles, c’est assez là! Combien de fois je t’ai dit de pas sauter sur le divan! Va prendre ton bain s’te-plaît!! »

Je prépare les lunchs du lendemain. Un pita pour mon fils, un sandwich pour ma plus jeune et un buffet pour ma grande. Et je vous fais grâce des détails spécifiques à chaque plat. (Je sais, je sais. MAIS heille, les mamans, on s’entend que je ne suis pas la seule à faire ça… non???)

Je pars un lavage. (Ah, la bouette du printemps! C’est chouette. Vraiment).

Je gère les devoirs. (Multi-tâches Mom).

18h12. Mon téléphone sonne. (Qui peut bien oser me déranger pendant mon 5 à 7 familial?).

Ah, charmant! C’est mon chum, qui me « facetime » d’outremer. (Euh, 18h12, sérieux???).

On mange. On se raconte notre journée. (*Petit moment de bonheur)

La moitié des pâtes se ramasse par terre ET sur le corps de mes enfants (Quelle brillante idée j’ai eue de les laver avant le souper).

On finit les devoirs. (Ouf).

Mes enfants brossent leurs dents (En se chicanant).

On joue au Monoly junior. (Ça vire mal).

Ma plus jeune lance le jeu par terre. (Mauvaise perdante).

J’me fâche. (C’est pas supposé nous calmer ça, un jeu de société???).

19h30. C’est l’heure du dodo. (Ou plutôt l’heure du « J’suis pas fatiguéééé!!» , sur un ton chigneux).

Je fais les berceuses. Et les câlins. (*Petit moment de bonheur)

19h45. Les enfants sont couchés. (Suis-je dans un rêve?).

Même pas. C’était un mirage.

19h47. Mon fils se lève. Il a soif. (Évidemment).

Je lui prépare une gourde d’eau. (Avec de la glace).

Je le recouche. Je lui fais un câlin. Pis une dernière berceuse. (*Petit moment de bonheur)

19h54. Ma plus jeune se lève. Elle a envie. (Évidemment).

Elle va à la salle de bain. (C’est long).

Je la recouche. Je lui fais un câlin. Pis une dernière berceuse. (*Petit moment de bonheur)

19h59. Ma plus vieille se lève. Elle ne veut pas dormir. (Évidemment).

J’lui propose de lire dans son lit. Elle s’essaie pour le Ipad. Non. «Le Ipod?? Juste 5 minutes! » Non.

Je tiens mon bout. (Pas facile).

Je la recouche. On jase un peu. Je lui offre une berceuse.

« Maman, j’suis bien trop grande pour une berceuse! » (Mon cœur de maman a un peu mal. Le temps va tellement vite).

Je lui fais un câlin. (*Petit moment de bonheur)

20h12. La maison est calme. (Suis-je dans un rêve?).

J’me prends un verre de vin. (*Petit moment de bonheur)

Après deux gorgées, je suis feeling. (Ça me coûte pas cher).

Je finis les lunchs, pis la vaisselle. Je pars la sécheuse. Je plie ma brassée de la veille, en zappant un peu. J’ramasse ce qui traîne. (La routine).

Je prends mes courriels.

J’me démaquille, j’me brosse les dents, j’me crème la face. (Tsé, faut pas oublier de prévenir les signes de l’âge).

Je regarde mon Facebook, mon Instagram, pis mon Twitter. (Pendant beaucoup trop longtemps).

Je fais la tournée des enfants. (Pour un dernier bisou. Pis oui, pour être sûre que tout le monde respire).

Ils dorment paisiblement. Ils sont tellement beaux. (*Petit moment de bonheur).

Je vais me coucher. Je lis mon livre. (Un gros deux pages).

Je ferme la lumière.

J’prends 4-5 grandes respirations (Mon rituel). Je remercie la vie pour cette belle journée. Pour mes trois beaux enfants en santé. Pour mon toit confortable. Pour tous les gens que j’aime.

Parce que malgré toute son intensité, ma vie de maman, c’est ma course préférée.

Gratitude.

Je m’endors. La course est finie.

*Petit moment de bonheur : dose puissante d’énergie et de motivation, procure des sentiments de joie, d’amour, de bien-être. Ingrédient riche en protéines et hautement recommandé pour réussir la course!

Pour un aperçu de mes matins (et pour rire un peu!), c’est par ici!!