Ma mère a tué ma vie amoureuse

Par : Stéphanie Shoiry

Ma mère, une femme extraordinaire, une maman aimante et dévouée, amoureuse de mon papa comme au premier jour, a tué ma vision de l’amour. Cru de même. (J’exagère à peine 😝)

L’histoire de mes parents

Ma mère a rencontré mon père alors qu’elle était très jeune. Si ma mémoire est bonne, elle avait 18 ou 19 ans. Pis elle l’a su. Tsé comme dans « Je l’ai vu, pis je l’ai su.»

Dis ça à ta fille alors qu’elle est encore assez naïve pour penser qu’elle va marier le prince William. 
**Ben oui, j’me disais que j’allais le croiser dans un endroit quelconque – parce que tout le monde sait que les chances sont très élevées de croiser un prince « quelque part » – puis qu’il allait me remarquer (vraiment!!!) et me demander en mariage (absolument réaliste!!). Puis s’il ne voulait pas de moi, j’étais prête à prendre Harry. Parce que oui!! Dans ce temps-là William était vrrrraiment plus hot qu’Harry…

Alors ma mère me raconte à plusieurs reprises (comme dans pendant toute mon adolescence), qu’elle, elle l’a su tout de suite que mon père c’était l’homme qu’elle allait marier. Sans aucun doute. Puis détrompez-vous, elle en avait vu d’autres gars dans sa vie. Ce n’était pas le premier qu’elle trouvait de son goût. Mais lui, c’était pas pareil. Elle le voulait, puis elle allait l’avoir.

L’échange mère-fille

– « Tsé ma fille, les hommes aiment ça les filles indépendantes. Les hommes, c’est des chasseurs, c’est une affaire viscérale. Moi, j’ai fait savoir à ton père que j’avais de l’intérêt, pis après, je l’ai fait courir. Il l’a pas eu facile. C’est comme ça qu’on attrape un homme.»

– « Oui, Maman. Je note. »

– « Alors l’amour, ça marche de même Steph. Tu le sais quand c’est le tien, c’est tout. Si tu le sens pas, c’est parce que c’est pas le tien. »

– « Han han »

– « Pis à part de t’ça, il faut qu’il soit galant. Il faut qu’il prenne soin de toi, qu’il soit gentleman, qu’il te fasse rire, qu’il soit manuel, cultivé, travaillant, fort, qu’il soit gentil avec sa maman, qu’il vouvoie tes parents, qu’il mange la bouche fermée, qu’il ait une bonne job, que ses parents aient une bonne job (!!!), qu’il sache partir un barbecue, qu’il change tes pneus d’hiver, qu’il te protège, qu’il ait de belles dents puis faut surtout pas qu’il sape. »

– « Ok Maman. Papa, c’est tu vrai ? »

– « Heu…si ta mère le dit. »

– «  Ok ok, je comprends tout des relations amoureuses maintenant. »

Alors…j’ai pas mal fait tout le contraire.

Sauf une affaire. J’ai attendu le bon. Je veux dire que j’ai attendu de le savoir au fond de moi que c’était lui. Comme un déclic, un coup de foudre, une étincelle, une révélation, comme quand Bella voit Edward (Ben quoi!!), comme une certitude, quelque chose d’inébranlable, pour qu’après je puisse dire : « c’est comme ma mère pis mon père ». Moi je l’ai su tout de suite que c’était lui, pas vous? Hé ben, vous ne devez pas être avec le bon.

L’affaire, c’est que ça se peut que ça arrive, mais on va se le dire : c’est rare en maudit. Puis c’est assez loin de la réalité d’aujourd’hui. Tu sais, celle de 2018 alors qu’on magasine l’amour sur internet. 👍J’ai de la misère à le sentir, moi, quand tout ce que j’ai à me mettre sous la dent, c’est un ou deux (si je suis chanceuse) selfies du gars style double menton, avec très peu de cheveux et aucune idée s’il mesure 4 pieds 8 ou 5 pieds 9…ben d’la misère. Fais-moi ton plus beau sourire et je vais te dire si on va passer notre vie ensemble…On est loin de l’histoire de mes parents parfaitement idéalisée par ma petite personne. Au secours!

Ce que j’en retiens

Maman, ce n’est pas vraiment de ta faute si ça m’a pris 15 ans à comprendre que ça se peut que ça ne se passe pas précisément comme ça. Mais moi, j’voulais que ça se passe comme toi et papa. J’le vois au loin, je fixe mon regard dans ses yeux, je lui fais un peu d’attitude, mais pas trop, puis bingo : une maison, un chien, 3 enfants, puis d’l’amour pour la vie! Ouille…

Enfin! Il n’y a pas de recette magique. L’amour c’est un peu un coup de chance. Tomber sur le bon, ça peut être rapide comme ça peut être long. Il faut juste y croire et se rappeler que chaque histoire est unique.